Etat des lieux des emplois et de l’activité touristique en mars suite à la crise

De nombreuses entreprises touristiques de l’Anjou ont dû mettre en place le chômage partiel et suspendre les recrutements

Les mesures de confinement appliquées par le Gouvernement depuis le 17 mars pour contrer la propagation du Covid-19 impactent fortement l’économie touristique française. En Anjou, 56% des salariés dans les établissements touristiques ayant répondus à notre enquête sont en chômage partiel. Les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration sont fortement touchés par cette mesure sociale : 92% des emplois en restauration sont en chômage partiel et 88% dans les hôtels.

Les mesures pour contrer la propagation du virus ont également eu des répercussions sur les recrutements. N’ayant pas de visibilité sur la suite des événements, certains établissements ont préféré suspendre les recrutements saisonniers. 31% des embauches prévues ont été annulés et 69% des recrutements ont été différés. C’est notamment le cas des sites de visite : 95% des embauches saisonnières sont différées contre 5% annulées.

Parts des salariés en activité et en chômage partiel en %

  • En chômage partiel
  • En activité

Parts des recrutements annulés et différés en %

  • Annulés
  • Différés

De nombreuses annulations de séjours et un impact financier majeur au regard de la taille des entreprises

En conséquence des interdictions de déplacements touristiques liées au confinement et le manque de visibilité sur la suite des mesures sanitaires, les visiteurs annulent leurs réservations d’hébergements et de prestations touristiques prévues en mars mais également sur avril et mai. Plus des 3/4 des réservations sont annulées pour 38% des professionnels interrogés.

Cependant certains séjours sont différés à une date ultérieure. 1/3 des établissements indiquent qu’au moins 75% des séjours ont été reportés à plus tard. Le chiffre d’affaires du mois de mars n’est également pas épargné. 1/3 des établissements constatent une baisse de leur chiffre d’affaires supérieur à 15 000 € comparé à mars 2019.

Pertes de chiffres d’affaires du mois de mars en % d’établissements touristiques comparés à mars 2019 (en k€ : milliers d’euros)

  • Entre 1€ et 14k€
  • Entre 15k€ et 29k€
  • Entre 30k€ et 49k€
  • Entre 50k€ et 74k€
  • Supérieure ou égale à 75k€

Parts de séjours annulés sur la totalité des réservations en % d’établissements touristiques

  • Entre 1% et 24% des résas
  • Entre 25% et 49% des résas
  • Entre 50% et 74% des résas
  • Entre 75% et 100% des résas

Un état des réservation en berne pour les mois à venir

 

Dernier signe inquiétant, c’est l’état des réservations sur l’ensemble de la saison (jusqu’en septembre 2020) en comparaison avec l’état des réservations sur la même période en 2019.

Etats du nombre de réservations pour l'été comparé à 2019 en % d'établissements

  • Inférieur
  • Relativement stable
  • Meilleur que l'année dernière
  • Très inférieur

72 % des professionnels estiment que le niveau des réservations en juillet-aout est inférieur voire très inférieur à celui de l’année dernière.

  • Juillet : 75 % des professionnels estiment que le niveau des réservations est aujourd’hui inférieur voire très inférieur à celui de l’année dernière.
  • Août : 68 % des professionnels estiment que le niveau des réservations est aujourd’hui inférieur voire très inférieur à celui de l’année dernière.
  • Septembre : 64 % des professionnels estiment que le niveau des réservations est aujourd’hui inférieur voire très inférieur à celui de l’année dernière.

Cette chute des réservations peut s’expliquer par le peu de visibilité sur un éventuel déconfinement et par les messages contradictoires que les touristes peuvent recevoir des différentes autorités (sanitaires, gouvernementales…).

Vos interlocuteurs privilégiés

Adrien Beauvais
Chargé d'études & d'observation
Anjou Tourisme
02 41 23 51 43
Envoyer un email
Rodolphe Ligonnière
Responsable du pôle Ingénierie touristique & Développement des filières
Anjou Tourisme
02 41 23 51 59
Envoyer un email