Impact de la crise sanitaire dans l’hôtellerie et la restauration

Les hôtels du département en mars ont été fortement impactés par les mesures de confinement, en particulier les hôtels en ville qui dépendent du tourisme d’affaires. Dans les structures hôtelières, 88% des salariés ont été mis en chômage partiel. Les annulations de réservations et la baisse de fréquentations affectent le chiffre d’affaires du mois de mars comparé à 2019. Près de la moitié des hôtels constatent une baisse du chiffre d’affaires d’au moins 30 000 € par rapport à la même période l’an passé. Quant aux annulations de réservations, depuis la crise sanitaire, les 2/3 des hôteliers notent au moins 75% de réservations annulées sur le planning sur la saison.

De nombreux hôteliers du département que nous avons contactés s’inquiètent sur la manière dont ils vont pouvoir payer les salaires et les fournisseurs en attendant que le chômage partiel soit remboursé. Par ailleurs, si la situation devait perdurer, certains s’interrogent sur leur capacité à pouvoir payer dans six mois, un an, deux ans… des charges alors qu’ils n’ont aucun chiffre d’affaires et aucune certitude pour les mois à venir.

Pertes de chiffres d’affaires du mois de mars en % d’établissements touristiques comparés à mars 2019 (en k€ : milliers d’euros)

  • Entre 1€ et 14 k€
  • Entre 15k€ et 29k€
  • Entre 30k€ et 49k€
  • Entre 50k€ et 75k€
  • Supérieure ou égale à 75k€

Parts de séjours annulés sur la totalité des réservations en % d’établissements touristiques

  • Entre 1% et 24% des résas
  • Entre 25% et 49% des résas
  • Entre 50% et 74% des résas
  • Entre 75% et 100% des résas

Le secteur de la restauration a également été durement touché par les mesures de confinement. Près de la moitié des restaurateurs ont vu leur chiffre d’affaires du mois de mars diminué d’au moins 15 000 € par rapport à 2019. Pour 20 % d’entre eux, la baisse dépasse les 50 000 €. La crise est également sociale car 92% des salariés sont en chômage partiel.  76% des recrutements prévus dans les restaurants en Anjou ont été différés à une autre date.

Pertes de chiffres d’affaires du mois de mars en % d’établissements touristiques comparés à mars 2019 (en k€ : milliers d’euros)

  • Entre 1€ et 14k€
  • Entre 15k€ et 29k€
  • Entre 30k€ et 49k€
  • Entre 50k€ et 74k€
  • Supérieure ou égale à 75%

Parts des réservations annulées sur la totalité des réservations en % d’établissements touristiques

  • Entre 25% et 49% des résas
  • Entre 50% et 75% des résas
  • Entre 75% et 100% des résas

Témoignage de François TALLANDIER, président de l’UMIH – Union des métiers et des industries de l’hôtellerie en région Pays de la Loire. Patron du grand hôtel de la gare à Angers.

“Après enquête menée auprès des professionnels de la région des Pays de la Loire, il en ressort une grande inquiétude et une incertitude liées à l’imprévisibilité et à l’évolution de cette épidémie. Quelles seront les conditions d’exploitation à la sortie de cette crise sanitaire ? Les entreprises saisonnières sont d’autant plus impactées du fait de la réduction de leur saison.
Malgré les aides de l’Etat et celles de la Région, le coût ne sera pas neutre pour les entreprises car elles devront absorber de nombreux reports de paiements et de remboursements. Il faudra bien payer et rembourser les prêts. Tout est lié à la durée du confinement et à l’activité qui existera au moment du déconfinement.
Les professionnels attendent un geste significatif des assurances et ne se sentent pas assez soutenus en tant que chefs d’entreprise à titre personnel. Ils expriment une grande inquiétude pour les plus fragiles et pour l’avenir de leur entreprise”

François TAILLANDIER, Président UMIH Pays de la Loire

Vos interlocuteurs privilégiés

Adrien Beauvais
Chargé d'études & d'observation
Anjou Tourisme
02 41 23 51 43
Envoyer un email
Rodolphe Ligonnière
Responsable du pôle Ingénierie touristique & Développement des filières
Anjou Tourisme
02 41 23 51 59
Envoyer un email