Impact de la crise dans l’hôtellerie de plein air

L’activité de l’hôtellerie de plein air se concentrant surtout sur juillet et août (65% des nuitées saisonnières en 2019 selon l’INSEE des Pays de la Loire), les baisses de chiffres d’affaires du mois de mars par rapport à l’année dernière sont plus modérées contrairement au secteur hôtelier. Cependant les gestionnaires constatent de nombreuses annulations de séjours réservés pour la suite de la saison. De plus, n’ayant pas assez de visibilité sur la suite des événements, 70 % des recrutements prévus sont différés à une date ultérieure et 30 % sont annulés.

Certains campings témoignent des difficultés à finaliser les travaux en cours pour préparer la saison du fait des chantiers interrompus et des problèmes d’approvisionnement en matériaux. L’inquiétude se fait ressentir également sur l’embauche du personnel  à venir puisqu’un certain nombre de saisonniers prévus se sont redirigés vers d’autres secteurs d’activités qui avaient besoin de main-d’œuvre durant cette période de confinement.

Pertes de chiffres d’affaires du mois de mars en % d’établissements touristiques comparés à mars 2019 (en k€ : milliers d’euros)

  • Entre 1€ et 14k€
  • Entre 15k€ et 29k€
  • Entre 30k€ et 49k€

Parts de séjours annulés sur la totalité des réservations en % d’établissements touristiques

  • Entre 1% et 24% des résas
  • Entre 25% et 49% des résas

Vos interlocuteurs privilégiés

Adrien Beauvais
Chargé d'études & d'observation
Anjou Tourisme
02 41 23 51 43
Envoyer un email
Rodolphe Ligonnière
Responsable du pôle Ingénierie touristique & Développement des filières
Anjou Tourisme
02 41 23 51 59
Envoyer un email